Qui es-tu Stockholm ?

L’occasion s’est enfin présentée d’aller visiter la capitale de la Suède. Après 19 mois passés à Karlstad, ville principale de la région du Värmland, je suis donc partie à la découverte de Stockholm avec un objectif bien précis : essayer d’identifier ce qui relève de la culture suédoise et faire la distinction entre ce qui relève du fonctionnement des grandes villes et ce qui est intrinsèque à la culture suédoise. Je voulais ainsi identifier les particularismes de Stockholm en tant que capitale mais aussi en tant que ville suédoise. Peut-on y identifier des comportements culturels récurrents comme je l’ai fait jusqu’à présent dans le Värmland ? Comment faire la différence entre des comportements culturels et entre des comportements davantage urbains, propres au fonctionnement des grandes villes en Europe ? Bref, en quoi Stockholm est si différente de Karlstad ? Et en quoi les deux villes se ressemblent ? Les Suédois sont-ils les mêmes dans le Värmland que dans la capitale ? Je précise que je n’ai passé que 4 jours sur place, ce qui m’a juste permis d’identifier les traits anthropologiques les plus saillants.

Les particularités de Stockholm en tant que grande ville, particularités qui effacent les particularismes culturels

  • La promiscuité avec les personnes conduit à des comportements davantage individualistes que ceux dont j’ai l’habitude à Karlstad (par exemple : on pousse dans le métro et on se jette sur les places disponibles… ) Les gens sont plus stressés et plus pressés.
  • Le nombre d’individus et de voitures en circulation sont importants. Ces dernière respectent moins la priorité donnée aux piétons.
  • La ville est très animée tous les jours, y compris le dimanche.
  • Les habitants sont plus apprêtées, plus hétéroclites dans leur manière de s’habiller et beaucoup d’entre eux ont des petits chiens (la mode semble être aux bouledogues français). On se montre et on se regarde aussi beaucoup.
  • La mode est aux poussettes de ville à la mode (types « yoyos » ou les « bugaboo »). Ces modèles sont très peu visibles à Karlstad où les familles préfèrent les poussettes version « tank », utilisables par tout temps (très utiles quand il neige durant 4 mois).
  • La ville est très bien desservie en transports en commun (métro, bateaux, bus, location de vélos).
  • La ville fonctionne par quartiers et chacun de ces quartiers possède son ambiance et son unité architecturale.
  • L’offre culturelle est importante comme toute capitale européenne digne de ce nom.
  • Tout est plus cher qu’ailleurs en Suède, surtout le logement (à titre d’exemple : 140 000 euros un deux pièces de 45 m2 à acheter dans le quartier jouxtant le centre de Karlstad contre 400 000 euros pour la même superficie, la même distribution et la même situation à Stockholm).

Les particularités propres à Stockholm et que l’on ne retrouve pas à Karlstad

  • Moi qui n’avais plus l’habitude d’entendre parler français autour de moi, j’ai été étonnée à quel point on parlait partout français dans les rues de Stockholm. Certains Suédois m’ont d’ailleurs spontanément adressé la parole en français. Il m’a semblé que la France et les Français avaient plutôt bonne réputation à Stockholm. Serait-ce à cause des commerces de fine bouche comme Androuet (fromages), les caves à vin ou les pâtisseries fines françaises qui se sont installés ici qui nous vaut cet aimable accueil ? J’ai aussi remarqué que les Stockholmois sont agréablement surpris quand on leur parle en suédois et se montrent alors encore plus aimables. Il est en effet très facile de ne pas parler suédois à Stockholm : hormis le fait qu’on parle français assez aisément, il est encore plus facile de s’adresser en anglais à tout le monde. Je comprends ainsi mieux pourquoi certains Français n’apprennent jamais le suédois en vivant à Stockholm.
  • L’omniprésence de l’eau (Stockholm est construite sur la mer baltique) et des petites îles sont particulièrement agréables et permettent de s’extraire du brouhaha urbain facilement.
Aperçu de Stockholm

Les particularismes propres à la Suède et à la culture suédoise

  • La Suède, c’est un peu le royaume de la poussette. Stockholm ne déroge pas à la règle (le portage n’est pas très à la mode comme cela est par exemple le cas à Paris et plus généralement en France). Les poussettes sont de sortie à toute heure du jour (mais pas de la nuit). Les Suédois sortent avec leurs enfants en bas âge, ce qui est notamment rendu possible par la mise en place de mobiliers urbains et d’infrastructures adaptés. Ainsi, chaque restaurant à sa chaise haute et, éventuellement, un coin de jeux pour les enfants. On peut également commander des menus enfants ou encore des portions réduites le cas échéant. Et si on ne veut pas manger un vrai repas à l’heure du déjeuner, comme cela est souvent le cas chez les Suédois, on peut se contenter des fameuses pannkakor (sorte de pancakes) ou des gaufres avec du sylt (confiture moins sucrée et plus liquide) et de la crème chantilly. Quant au métro et lieux publics (musées, rues), ils sont tous adaptés aux 4 roues avec la mise en place systématiques de rampes et d’ascenseurs.
  • Si la poussette est reine sur les trottoirs de Suède, le vélo n’est pas en reste dans les rues. Tout le monde semble avoir un vélo qui n’est d’ailleurs pas toujours flambant neuf, car ce dernier neuf coûte très cher en Suède (dans les 500 euros pour un vélo neuf acheté dans un magasin de sport). Il vaut tout de même mieux en trouver un de seconde main un peu rouillé et un peu cabossé mais beaucoup moins onéreux.
  • Toujours dans le registre des transports, les villes en Suède étant souvent construites près d’un plan d’eau, il n’est pas rare que celui-ci soit exploité comme mode de transports en commun. La carte d’abonnement habituelle suffit pour une promenade en bateau.
  • Les magasins sont là aussi ouverts tous les jours de la semaine, y compris le dimanche. Quant aux supermarchés, ils sont généralement ouverts de 7h30 à 23h tous les jours. On peut notamment y acheter des médicaments de première utilité (aspirine, antihistaminiques, pansements, etc) ou encore du tabac (mais pas d’alcool qui est très règlementé en Suède).
  • Les villes sont très propres : on voit rarement un papier trainer par terre dans la rue et les toilettes publiques sont souvent impeccables. Quant au métro, s’il sent un peu moins mauvais qu’à Paris, reste tout à fait respectueux des usagers.
  • La nature est omniprésente et très bien entretenue. Elle semble faire partie du patrimoine culturel des Suédois qui en prennent grand soin.
  • Les immeubles sont très calmes et très propres. On retire toujours ses chaussures avant d’entrer dans les appartements.

Pour ce qui est des aspects interculturels, je n’ai malheureusement pas eu assez de temps sur place ni eu la possibilité d’échanger avec les Stockholmois pour pouvoir aller plus loin. J’ai tout de même remarqué deux comportements qui relèvent de la culture :

  • Le côté « passif agressif » des Suédois y est plus notable. Si à Karlstad, j’ai eu droit au fameux petit mot d’insulte sur le pare brise de ma voiture me souhaitant « une journée de merde » ou encore « que je glisse sur une plaque de verglas et que je me casse une jambe », parce que je m’étais garée à une place réservée, cela va encore un peu plus loin à Stockholm : je me suis tout de même faite volée mes chaussures devant l’appartement de mes amis par un voisin de l’immeuble qui ne devait pas apprécier les locations Air B&B ou qui devait trouver que nous faisions trop de bruit. Plutôt que de frapper à la porte et de nous demander de faire un peu plus attention, le voleur a manifesté son mécontentement en me subtilisant mes chaussures (mais évidemment pas celles de ma fille qui étaient à côté des miennes, car un Suédois ne touche jamais aux affaires d’un enfant). Autre expérience désagréable : je suis en train de remettre une chaussure de ma fille dans la rue (décidément !) lorsqu’un couple et leur poussette me rentrent dedans par derrière. Plutôt que de demander s’ils peuvent passer, ils préfèrent ainsi me rouler dessus ! Réflexe immédiat de la bonne française que je suis en disant tout haut en suédois : « De kan vänta ! » (Ils peuvent attendre !) Un Français m’aurait peut-être alors répondu de manière tout aussi peu courtoise mais, les Stockholmois, en tant que bons Suédois, fuient eux aussi le conflit. Ces comportements sont en réalité assez simples à expliquer : aussi agréable que soit Stockholm, la promiscuité induite par le fonctionnement intrinsèque aux grandes villes accentue les comportements agressifs… mais qui ne vont pas plus loin qu’en mode passif car les Suédois détestent le conflit, même à Stockholm.
  • Si les Stockholmois, tout comme les Suédois, ont la fâcheuse tendance à l’agressivité passive, on leur pardonne bien lorsqu’on les voit aussi bienveillants et patients à l’égard des enfants. Une bienveillance bienvenue qui demeure malgré la foule, l’individualisme renforcé et le stress de la vie citadine.

Une réflexion sur “Qui es-tu Stockholm ?

  1. Julia

    Vivant a Stockholm je n ai pas remarque cette agressivite, a part qu en effet les gens se jettent sur les places libres dans le metro.
    Pour le vol de chaussures ou la poussette, ca ne me parait pas caracteristique de la ville, mais peut être je me trompe. D ailleurs peut être qu on t a vole tes chaussures parce qu elles etaient chouettes?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s